Avertir le modérateur

19/11/2012

"Je ne suis pas du genre à demander le recomptage des milles"

En ce moment, on lutte. On est retombé autour de la 50.000e place. C'est dur, on a la marinière triste. Pour ne rien vous cacher, sans le capitaine Goar, je pense que la moitié de l'équipage se serait jetée à la mer. Son message de ce matin nous a fait beaucoup de bien:

captainok.jpg

 

"Je n’ai pas l’habitude de vous mener en bateau.

Oui la situation est compliquée. Mais elle l’est pour beaucoup de monde. Hier, notre camarade Georgesdutarn est passé de la 1800e place à la 44000 en décidant de faire comme nous. Il y a un risque certain que ceux de l’ouest passent mieux le pot au noir. Il est presque sûr par contre que ceux de l’est (tous mieux classés alors qu’ils sont derrière nous) vont galérer. Bref, en ce moment, le classement ne veut rien dire. Soit on se décide à se recaser à l’ouest (en perdant plus de 50000 places encore. Soit on tient le cap, car on aura un meilleur angle de descente après le pot au noir (on sera moins au près) mais notre pot sera plein de pus, long et crispant. 

Avis à la population

PS : Je ne parlerai même pas du bug de virtual regata hier soir qui nous a encore coûté beaucoup de place, je ne suis pas du genre à demander le recomptage des milles comme certains rue de la Boétie."

15/11/2012

"On regarde devant, vers l'horizon où l'euphorie succédera à la tristesse"

les_revoltes_du_bounty_62,2.jpg

Vous le savez, ici, on fait la course en équipage. Et hier, on n'est pas passé loin de la mutinerie. Tout va mieux ce matin, malgré le bug de la nuit sur Virtual Regatta. Le capitaine Goar en a profité pour adresser à l'équipe du Team20Minutes un message plein d'allant. Le voici, in-extenso.

«Nous allons bientôt repasser dans les 5.000 après 48 heures de doutes. Nous reviendrons à peu près à la même position qu'avant nos options, je pense. Un grand merci à tout le monde d'avoir supporté la pression même si j'ai bien senti les questionnements. Ce que nous avons vécu n'est rien comparé à ce qui va nous tomber dessus dans les mers du sud où le danger sera permanent. En voile, il faut savoir perdre pour mieux gagner (certains ont perdu 100.000 places pour revenir dans les 1.000. Et je trouve qu'ils sont un exemple cars ils ont eu les nerfs solides. Alors je sais que c'est difficile à l'âge de Twitter mais inutile de paniquer lorsque l'on rétrograde, ça nous arrivera plus d'une fois sur ce globe. Il y en a encore pour plus de 11 semaines alors on ne se met pas la rate au court bouillon toutes les 10 minutes et on regarde devant, vers l'horizon où l'euphorie succédera à la tristesse, et ainsi de suite. Comme disait le regretté Gerry Rouf, "That's life".

Good job guys

PS: Et non, on ne s'arrêtera pas au Cap Vert boire du rhum en reluquant les culs dorés.»

>> Si comme le Team20Minutes, vous avez été bloqué cette nuit sur Virtual Regatta, racontez-nous votre nuit de galère à rattraper votre retard à reporter-mobile@20minutes.fr ou dans les commentaires

14/11/2012

«Prendre les vagues dans la tronche et limiter la casse»

Vendeegdlobe.jpg

 

Après quatre jours de course, toujours pas de mutinerie à bord, même si ça débat en permanence sur l’option tactique à suivre. Captain' Goar, toujours très couillu dans ses choix, a opté pour un cap très à l’Ouest, dans une zone de calme plat. Evidemment, au classement, cela s’est traduit par une lente dégringolade. Mais ce coup à deux bandes devrait payer dans les heures à venir. Captain’ Goar sait longer une cote et n’aurait jamais coulé le Costa Concordia. En léchant l’archipel des Açores, puis les Canaries, Team20minutes refera son retard pleine balle et rattrapera le gros de la flotte. «Il faut prendre les vagues dans la tronche et limiter la casse». Une tactique qui a d’ailleurs inspiré Vincent Riou, que l’on soupçonne d’espionnage.

A bord, certains matelots se sont pourtant inquiétés de cette option. Il a d’abord fallu expliquer à Julien ce qu’était le près. C’est désormais intégré. Depuis son virement de bord raté lors de la première soirée, Volpi est cloitré en fond de cale. On ne clashe pas le capitaine impunément. Antoine l’a bien compris et joue un peu les lèches-bottes comme l’un des deux Nico. «Vous n’avez pas de couilles. Si on continue d’avancer, dans 24h et 36h on attaque la descente plus à l’ouest mais avec des gros vents.»

A quinze sur le pont, le bateau tangue un peu, mais cela peut servir pour calmer les adversaires de temps en temps. Sur Twitter notamment. Sinon, les barbes commencent à pousser chez certains, mais pas le temps de passer par la salle de bain. Côté alimentation, on vous rassure, l’équipage se porte bien. Tout le monde mange à sa faim et plus sainement. La Buz a même stoppé les kebabs pour passer aux oranges. En mer, le scorbut n’est jamais très loin.

13:08 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu